Geographie

Sa superficie 147181 km2 modeste par rapport à ses voisins. Long de 885 km, d’une largeur de 200 kms environ, n’a pas de débouché sur la mer.

 

L’armature géographique s’organise en bandes longitudinales formant 5 régions naturelles différentes.

 

Le Térai ou basse région, est une terre d’alluvion (marécages, jungle épaisse, importante agriculture) formant le piémont de la grande plaine du Gange.

 

Les Siwalik formations montagneuses (Est en Ouest) aux environs de 2000 m d’altitude de moyenne se dressant au dessus de la plaine « rencontre de la plaque indienne continuant à se déplacer à la vitesse constante de 5 cm par an sous la plaque eurasienne provoquant ainsi l’élévation de l’himalaya et du plateau tibétain. Cette intense activité tectonique rend la région très active du point de vue sismique ». Succession de lignes de crêtes étroites, séparées par de Grandes vallées en V boisées

 

Le Mahabharata Lekh, véritable chaîne de montagnes cristallines (3000 m) souvent appelées « collines ou hills » par les népalais (boisées) constitue une barrière naturelle compacte. Des rivières transversales ont réussi à creuser de profondes gorges.

 

Le plateau népalais ou Pahar (600 à 2000 m d’altitude) au relief peu rigoureux. La vallée de Katmandou « KTM » constitue le Cœur du pays. Région la plus riche du pays, celle où se trouvent les plus grandes villes. De grandes rivières (Karnali, Bheri, Gandaki, Sun-Kosi) transversales compartimentent le pays en vallées et en bassins d’altitude.

 

La Chaîne himalayenne au nord (partie népalaise) se dresse brutalement avec ses 8 des 14 plus hauts sommets du monde dépassant 8000 m. On y trouve forêts et cultures à 4000m, pâturage à 5000m ; voir des fleurs à 6000m puis glaciers et neiges éternelles (froid intense). De nombreux cours d’eaux dans les régions tibétaines ont creusé des gorges impressionnantes qui sectionnent la chaîne en massif nettement individuel

 

La plus part des cours d’eau descendent vers le grand fleuve indien. Toutes les vallées profondes tendent à converger (Est en Ouest) vers une vallée principale où se concentrent toutes les eaux qui franchisent en transversale les Siwalik puis entrent dans la plaine.